La santé en question


Des risques liés à l’insalubrité morbide

Dans certains logements très insalubres et fortement infestés, l’on retrouve les caractéristiques suivantes :

une saleté extrême, une odeur fétide ou nauséabonde, un défaut d’hygiène corporelle et environnementale, des immondices éparpillées

la présence d’animaux vivants ou morts, , de toiles d’araignées en grande, de vermine (insectes de toutes sortes et parasites)

une accumulation d’objets divers usagés, de la nourriture avariée, des piles de détritus et d’ordures ménagères, des bouteilles ou des cannettes, des produits de nettoyage en nombre incalculable et inutilisés

un encombrement presque total des lieux, avec un amoncellement d’objets divers, un amassement pathologique, une obstruction complète des pièces suite à l’encombrement excessif, des objets hétéroclites entassés de façon désordonnée, un très grand nombre d’objets de toutes sortes, etc.

de fortes odeurs nauséabondes envahissent l’habitat et perceptibles depuis l’extérieur (excréments, urine, odeur de pourri, odeur de nourriture avarié, d’ordures ménagères en décomposition..)

L’insalubrité morbide affectent des personnes âgées mais cela peut aussi affecter des personnes plus jeunes et être associée à d’autres maladies mentales ou troubles du comportement, tels que la schizophrénie, la déficience mentale, la dépression majeure, la paranoïa, la démence, l’alcoolisme, l’anxiété généralisée et les troubles obsessifs-compulsifs (TOC). Dans certains cas, cette situation devient problématique et incontrôlable à la suite d’événements ponctuels vécus de façon dramatique, tels l’apparition d’une maladie, l’aggravation de l’isolement social à l’occasion de la retraite ou du décès du conjoint.. etc.

Un problème de santé publique

L’insalubrité morbide est le résultat d’un comportement pouvant être associé à des pathologies médicales comme par exemple : une forme de démence, des pathologies psychiatriques graves, une personnalité psychiatrique pré-morbide, un déficit d’attention, des pertes cognitives, un retard mental, une personnalité obsessionnelle compulsive, une psychose ou apparenté, une paranoïa, une bipolarité, un alcoolisme chronique.

Le syndrome de Diogène et dans sa forme extrême, l’insalubrité morbide ou l’incurie du domicile peut entraîner des risques majeurs pour la santé et la sécurité de la personne.

Ces risques dépendent notamment de la nature des objets entassés dans le domicile comme, dans le meilleur des cas, des objets propres (piles de vêtements neufs, de journaux ou magazines, livres, cartons, boîtes de conserve, vaisselle, ustensiles divers) et dans le pire des cas, des aliments avariés en état de décomposition, des ordures ménagères, des excréments humains, des carcasses ou excréments d’animaux.

De plus, l’encombrement des logements comporte des dangers d’incendie et des risques pour les pompiers qui pourraient y intervenir et peut nuire au sauvetage d'éventuelles victimes en rendant difficile, voire impossible, l'accès et l'évacuation des lieux.

Les effets sur la santé

En vivant dans un environnement fortement dégradé les risques sur la santé sont accrus. Qu’il s’agisse des personnes diogènes elles-mêmes, des autres occupants du domicile, des proches, du voisinage immédiat ainsi que pour les professionnels intervenants. De façon générale, les affections ou les maladies existantes chez la personne ayant le syndrome de Diogène ont tendance à s’aggraver dans un environnement pathogène. Les personnes fragiles ou déjà fragilisées par une santé défaillante encourent des risquent majeurs pour leur propre santé.

On peut classer ces risques majeurs coexistent : soit les risques biologiques, les risques allergènes et pathogènes et maladies associées, les risques chimiques, les odeurs et les conséquences psychosociales.

Risques biologiques
L’accumulation de papier, de carton, de matériaux contenant de la cellulose et autres résidus biologiques, dont des aliments, jumelée à de l’infiltration d’eau, un dégât d’eau ou encore à de l’humidité excessive, peut entraîner la prolifération de micro-organismes (moisissures, mycobactéries, bactéries, acariens) dont les effets à la santé sont très mauvais.
Aussi la présence d’animaux domestiques ou de vermine en très grande quantité dans un logement risque d’entraîner la présence accrue d’endotoxines reconnues comme facteur aggravant de l’asthme favorisant les intoxications, les gastroentérites ou les irritations des voies pulmonaires.

Risques allergènes et pathogènes : piqures d’insectes, allergies, infections et maladies associées
Plusieurs types d’insectes peuvent proliférer et se répandre à l’intérieur d’un domicile encombré de déchets et de matières de toutes natures. Les impacts à la santé en lien avec une telle situation peuvent être des nausées, des troubles digestifs, des maladies pulmonaires ou cardiaques, des piqûres, des allergies, des maladies de la peau, des dermatites, des maladies infectieuses ou des infections récurrentes ou des maux de têtes. Parmi les insectes qui peuvent infester les lieux et provoquer des problèmes de santé : les punaises de lit, les puces d’animaux, les mites, les guêpes, les frelons, les abeilles, les blattes, la mouche domestique. La gale humaine peut également se répandre dans le logement.
La présence d’animaux domestiques délaissés et en grand nombre peuvent contribuer, par leur excrément et leur urine à provoquer ou à aggraver un état allergique.

Risques Chimiques
Plusieurs types d’insectes peuvent proliférer et se répandre à l’intérieur d’un domicile encombré de déchets et de matières de toutes natures. Les impacts à la santé en lien avec une telle situation peuvent être des nausées, des troubles digestifs, des maladies pulmonaires ou cardiaques, des piqûres, des allergies, des maladies de la peau, des dermatites, des maladies infectieuses ou des infections récurrentes ou des maux de têtes. Parmi les insectes qui peuvent infester les lieux et provoquer des problèmes de santé : les punaises de lit, les puces d’animaux, les mites, les guêpes, les frelons, les abeilles, les blattes, la mouche domestique. La gale humaine peut également se répandre dans le logement.
La présence d’animaux domestiques délaissés et en grand nombre peuvent contribuer, par leur excrément et leur urine à provoquer ou à aggraver un état allergique.

Risques liés aux odeurs
L’accumulation de résidus entraîne la production d’odeurs nauséabondes, souvent très incommodantes pour le voisinage, provenant soit de la décomposition de matières organiques, soit de la volatilisation de produits chimiques. Cette problématique constitue une « nuisance ou perte de confort ». Ces odeurs peuvent engendrer des effets négatifs sur l’individu : des atteintes de l’humeur, des troubles de l’anxiété, des troubles du sommeil, des réactions émotives avec plusieurs types d’altération de la performance intellectuelle.
Enfin, des personnes souffrant de maladies chroniques pulmonaires ou cardiaques, d’allergies ou de perte de tolérance aux produits chimiques, verront leur état s’aggraver par la présence de tels effluves, générés par de multiples composés organiques volatils et des bioaérosols. Quoi qu’il en soit, il n’en demeure pas moins qu’en milieu résidentiel, ces odeurs affectent de façon inacceptable la qualité de vie des voisins exposés involontairement.

Risques aux conséquences psychosociales
Les conséquences psychosociales de l’insalubrité morbide amènent à dégrader les relations entre les personnes diogènes et leurs proches (familles ou amis), ainsi qu’avec les voisins immédiats ou les propriétaires bailleurs.
En effet les personnes atteintes par le syndrome de Diogène sont souvent opiniâtres, têtues, n’hésitant pas à utiliser des moyens législatifs pour parvenir à leurs fins pour, par exemple, éviter à tout prix de se faire expulser ou de devoir nettoyer. Ceux-ci génèrent de l’anxiété pour le voisinage et un état de stress ou d’insécurité face à leur comportement parfois étrange et sans cesse sur ses gardes.
Les familles peinent parfois à trouver des solutions

Faites appel à Coaching Diogène !


Coaching Diogène c'est une aide unique au domicile des personnes atteintes
du Syndrome de Diogène ou d'accumulation compulsive.