Trier, ranger, jeter


La nécessité du tri

Dans nos sociétés modernes, nous possédons beaucoup d'objets et parfois dans des proportions très importantes. Un foyer européen ou américain possède en moyenne au moins 350 000 objets. Notre propension à l’entassement de choses et d’autres est plus ou moins visible selon la surface de notre logement et selon nos habitudes de consommation ou de surconsommation.

Certaines personnes ne peuvent pas s'empêcher d'acheter régulièrement de nouvelles choses dont elles n’ont pas forcément le besoin : vêtements, électroménager, magazines, ou matériel divers.

Il est pourtant important d'apprendre à se délester de tout ce qui ne nous est pas vraiment utile, de tout ce qui est superflu et qui nous encombre de façon à gagner de la place, à optimiser son espace de vie ou tout simplement retrouver plus de plaisir à vivre chez soi.

Le problème, c'est qu’il n’est pas toujours facile de trier ses affaires et de décider quels sont les objets que l’on on veut garder et ceux dont on veut se débarrasser.

Bien entendu, les cas de syndrome de « diogènes » ou de syllogomanie dépassent largement le cadre habituel du rangement d’un logement dit « normal ».

Il faut trier et se débarrasser des factures obsolètes, des vieilleries laissées par nos parents ou grand-parents, des sacs de courses en trop grand nombre, des meubles démodés et usés, des appareils électroménagers en doublon, des magazines accumulés au fil des années, des vêtements abimés, trop grands ou trop petits, des aliments périmés, de la vaisselle inutilisée.
Et il arrive parfois que toute opération de tri ou de rangement ne soit réellement efficace qu’après une opération de remise en état incluant : débarras, nettoyage et désinfection.

Apprendre à se défaire des choses

La personne atteinte du Syndrome de Diogène a du mal à se défaire des objets car l’accumulation en elle-même est un moyen de calmer ses angoisses, d’atténuer ses souffrances et de combler des vides au sens figuré du terme. Ainsi l’attachement aux objets se dérègle et la capacité à s’en défaire et à maitriser son espace vital est fortement affectée à cause des troubles inhérents au Syndrome de Diogène.




Voici quelques règles à suivre (dans l’absolu !)

Règle n°1 : je fais le tri dans mes affaires
Il n’y a pas de rangement possible, sans tri préalable. La loi des trois tas devrait vous aider à faire le vide intelligemment chez vous. Cette méthode consiste à vous munir de trois grands cartons.
Dans le premier : placez l’ensemble des éléments que vous comptez garder.
Dans le deuxième : pensez aux affaires que vous allez jeter ou donner.
Dans le troisième carton : mettez-y les choses pour lesquelles vous avez encore quelques hésitations et pour lesquelles vous n'êtes pas prêt(e) à vous débarrasser.
Si un mois plus tard, vous n’avez pas eu besoin de replonger le nez dans ce 3ème carton, c’est que vous pouvez les jetez définitivement !

Règle n°2 : je choisi des rangements modulables et pratiques
Je m’équipe de rangements pratiques et minimalistes (caisses en plastiques, étagères modulables, boîte de dessous de lit ..)

Règle n° 3 : je ne déroge jamais à ma ligne de conduite
Votre intérieur est enfin rangé et nettoyé mais cela doit surtout durer et pour cela, il va falloir vous discipliner.
Pour tout cela vous aurez sans besoin de l’aide d’un assistant-coach Diogène pour vous aider à mettre en place les premières opérations de tri quand cela est possible. L’objectif est de mettre en place des règles de vie simples et efficaces que vous pourrez suivre facilement et qui vous aideront à aller mieux.



Faites appel à Coaching Diogène !


Coaching Diogène c'est une aide unique au domicile des personnes atteintes
du Syndrome de Diogène ou d'accumulation compulsive.